#1 Interview – Melissa Phulpin

La plupart des lecteurs de cette interview ne te connaissent très certainement pas puisque tu fais partie de ces métiers de l’ombre. Personnellement Melissa, depuis que je te connais, tu ne cesses de m’impressionner. J’ai l’impression que tu vis plusieurs journées en une. Tu es là, partout, tout le temps. Certain grands artistes indépendants te doivent une grande partie de leur succès. Tu es aussi touchée par la place des femmes dans ce milieu de la musique et fait partie de ces femmes qui veulent faire bouger les choses. C’est donc directement et naturellement que j’ai pensé à toi pour inaugurer les interviews de FEMME VIBRE.

Par Clara Delbergue

D’abord, tu es attachée de presse dans la musique, peux-tu nous dire en quoi consiste exactement ton métier ?

Pour moi, c’est faire le lien entre artistes et journalistes, musique et médias.

Faire en sorte que les artistes que je défends soient visibles, qu’on puisse les entendre, les voir, les écouter, les lire, les découvrir, les connaître etc

Et comment en es-tu arrivée la ? Quel est ton parcours ?

J’en suis arrivée là en étant fan de musique. Je voulais absolument travailler de ma passion et ce métier est celui qui s’est présenté à l’époque.

J’ai fait l’EFAP & une maîtrise de lettres modernes. mais ce sont surtout les stages qui m’ont amené à devenir attachée de presse. J’ai commencé chez polydor, puis columbia, la fnac, et envie d’un premier poste chez v2 music, puis en freelance depuis 2008.

Et as-tu d’autres projets en parallèle de ce travail déjà énorme ?

Je fais un peu de management, en ce moment j’accompagne Aloïse Sauvage. J’organise aussi des soirées, je m’amuse bien ! 🙂

Tu as donc décidé de quitter le monde des majors, des entreprises, des CDI pour te lancer en indépendante. Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer ?

Le label dans lequel je travaillais a été racheté, j’ai eu des propositions de labels mais j’ai finalement fait le choix de l’indépendance qui correspondent très bien à mon caractère et à ma personnalité.

Aussi, je me suis rendue compte que j’avais besoin d’adhérer sans réserve aux artistes que je défends. En indé, je ne travaille qu’avec des artistes que j’aime, musicalement et humainement.

Conseillerais-tu aux femmes aujourd’hui de prendre ce même risque autant rêvé que crain ? C’était difficile au début ?

Je pense que quand on a envie, tout est possible ! Il ne faut pas avoir peur d’essayer. Je n’ai jamais hésité pour ma part, c‘était une sorte d’évidence, j’avais la foi !

Je sais que tu as dans ton “roster” pas mal d’artistes féminines, peux tu nous en citer quelques unes ?

Aloise Sauvage, Fishbach, Cléa Vincent, Bonnie Banane, Blondino, Clara Luciani, Fleche Love, Owlle, L, Carlotti, Lior Shoov… www.melissa-pr.com !

Que penses-tu de la place des femmes artistes aujourd’hui dans la musique ?

Je trouve qu’on en manque à la tête des labels ou au poste de DA, qu’il faut encore se faire sa place.

Par ailleurs, il y a de plus en plus d’artistes féminines, dont certaines cartonnent et qui sont souvent très visibles dans les médias. J’en suis ravie !

Tu penses que les choses sont en train d’évoluer ?

J’ai l’impression. En tout cas les jeunes artistes féminines ne se posent pas trop la question du genre je trouve.

Elles font leur musique, leurs concerts…

Il y a toujours des comportements sexistes mais ces jeunes ont du caractère, elles ne se laissent pas faire, elles tracent leur route !

Tu travailles avec beaucoup d’artistes en développement, c’est moins facile, c’est une prise de risque. Tu aimes bien ce challenge ? Comment tu gères ?

C’est ce que je préfère : assister à des débuts de carrières, les voir grandir, évoluer. La 1ère interview, le 1er concert, le 1er live en tv ou radio, il n’y a rien de plus beau !!! C’est hyper stimulant.

Comment tu choisis les artistes avec qui tu travailles ?

Au coup de coeur uniquement : artistique et humain, à l’alchimie.

Qu’est ce que tu conseillerais à ces femmes artistes qui souhaitent se faire connaître, trouver leur public ?

D’être en phase avec elles-même, d’être sincères et surtout de se bouger! On a beau faire de la très belle musique, il faut désormais être moteur de son projet.

Qu’est ce que ça t’inspire FEMME VIBRE ?

La femme en mouvement, l’émulation, l’excitation, la vie 🙂

Pour finir, as tu un morceau que tu as envie de nous faire découvrir ?

En ce moment, je suis en boucle sur le titre paradis d’alexia gredy, le remix de PNL

Retrouvez Melissa sur son site :

EnregistrerEnregistrer